26/07/2009

Déjà un trophée pour le Standard

Les champions déjà irrésistibles

13367_7

(GDS) Pour un club qui ne savait plus à quoi ressemblait le parfum de la victoire, voilà un 4e trophée qui vient garnir la vitrine. Le Standard double aussi sa suprématie en Supercoupe. Même si Sinan Bolat a été obligé de sortir quelques arrêts de grande classe, Genk n'a jamais réellement menacé un Standard qui s'est offert divers mouvements vifs, précis, totalement maîtrisés au plan technique. "Oui, nous sommes parvenus à joindre le geste à la manière et ça, c'est important à mes yeux.", constatait Mohamed Sarr. Deux titres de champion de Belgique, deux Supercoupes en l'espace d'autant d'années, c'est remarquable. Ce succès laisse-t-il augurer une domination liégeoise même si Charleroi paraît actuellement “invincible”. "Il faut garder les pieds sur terre.", réclame Steven Defour. "Pour mener à bien notre travail sur la durée, nous devons encore nous renforcer. Un très bon joueur dans chaque ligne est souhaitable. N'oublions pas que la compétition sera longue, variée et difficile." Steven Defour estime le Standard pour l'instant “à 70% de ses possibilités”. Le 100% est attendu pour septembre. Il n'empêche que nous avons apprécié la forme affûtée de plusieurs Rouches. À commencer par Wilfried Dalmat qui déborde d'énergie et d'inspiration. "Je dois me montrer en vue de la coupe du monde.", rigole-t-il. Plus sérieusement, le turbo français ajoute: “Chacun d'entre nous a l'envie de progresser. Telle est ma motivation." Nous avons également apprécié le retour aux affaires de Mohamed Sarr, qui est revenu aussi déterminé qu'avant. Enfin, encore une mention pour Sinan Bolat, bien sûr sa lancée de la saison dernière. Ce gaillard va gagner des points, cela ne fait aucun doute.

Ceux qui disaient que le Standard était en crise au vu des résultats signés pendant la préparation peuvent déjà revoir leur copie. Face à Genk, les Liégeois ont retrouvé leur efficacité pour s’emparer d’une 2e Supercoupe de rang. De bon augure à une semaine du début du championnat. Au vu des déclarations de Laszlo Bölöni, on savait qu'on ne devait pas s'attendre à beaucoup de spectacle, hier, à Sclessin. Le Roumain considérait cette Supercoupe comme une “rencontre de préparation supplémentaire”. Ceci explique certainement la première titularisation de l'Ivoirien Cyriac Zoro en lieu et place d'Igor De Camargo. Par contre, Hein Vanhaezebrouck, même s'il avouait que Genk avait “très peu de chance de s'imposer” voulait s'emparer de son premier trophée comme entraîneur. Et puis une victoire à Sclessin, ça booste un groupe à une semaine du coup d'envoi du championnat. Pourtant, les Limbourgeois ne donnaient pas l'impression de vouloir gagner à tout prix. Le coach limbourgeois alignait sept joueurs à vocation défensive, délaissant la construction du jeu au jeune Kevin DeBruyne, considéré comme un futur crack mais encore dépourvu de toute expérience. Cela explique certainement la domination liégeoise en début de match. Les champions pressaient très haut et faisaient sans cesse reculer Genk. Steven Defour, d'une superbe volée, aurait pu en profiter dès la 10e minute. Mais les poings de Davino Verhulst étaient solides. Alors que les Limbourgeois commençaient à comprendre qu'ils avaient le droit de jouer dans la moitié de terrain du Standard, Mbokani lançait parfaitement Dalmat, qui profitait d'un marquage trop large de Tiago pour tromper Verhulst d'une frappe à bout portant.
13367_8

Cette ouverture du score réveillait un petit peu Genk. Pudil profitait d'une perte de balle de Marcos pour inquiéter, pour la première fois, Bolat, réduit au chômage technique jusqu'alors. Hein Vanhaezebrouck avait, semble-t-il, trouvé les mots justes à la pause pour revigorer ses troupes. Genk montrait un visage plus offensif et une frappe de Camus contraignait Bolat à se détendre. Mais Witsel tuait tout suspense à l'heure de jeu.Bien lancé par Carcela, le Soulier d'Or imitait Dalmat en trompant Verhulst assez facilement. Le Français aurait même pu alourdir le score mais les Liégeois jouaient avec leur bonheur.Une joie qui aurait pu être gâchée, à dix minutes du terme, par Pudil mais Bolat se détendait magnifiquement pour claquer le ballon en coup de coin. Pas de quoi inquiéter les champions qui remportent la Supercoupe pour la 2e année de rang. Les superstitieux y verront déjà un signe du destin...

À l'issue de la rencontre, le Transylvanien était satisfait de la prestation de ses joueurs mais regrettait tout de même un manque de concrétisation. “Nous avons livré une bonne partie contre un adversaire qui a donné du répondant. Cette Supercoupe était importante pour le club mais il s'agissait encore d'un test pour mon équipe. Nous marquons aux bons moments, mais nous avons galvaudé plusieurs situations intéressantes. Je pense ici à Jovanovic ou à Mbokani qui ont loupé le 3-0 et 4-0. Dans un match fermé, il faut être capable de concrétiser la seule occasion que nous avons. Nous devons joueur un peu plus à l'italienne, c'est-à-dire être plus efficace.”

Ecrit par Rédaction standard.be

15:43 Écrit par LA FAMILLE ROUCHE dans Revue de presse | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : defour, genk, super coupe, boloni, sarr |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.